RDC 2017 – Aux portes de l’Enfer


Ce dossier fait suite à l’article « RD Congo : les signes d’une mort annoncée ». Il relève des situations inacceptables du « règne » de Mr Kabila qui illustre la perversité du régime et les germes du « début de la fin » …

Il est construit sur le même modèle que « RDC Etat de la nation 2014 », l’action de l’ancien premier ministre Matata Ponyo, bien évidement sous l’égide du Président ! Les thèmes seront développés au fur et à mesure des recherches. Ils sont classés par ordre alphabétique.

Le constat


Il avait été naïvement espéré en 2006 que le Président allait refonder l’Etat congolais, organisation humaine indispensable pour faire vivre les 3 pouvoirs qui le constitue, le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire en vue de mettre en œuvre le programme politique pour lequel le Président avait été élu.

J’imaginai qu’à la suite de cette première élection qualifiée de « libre, transparente et apaisée » et quand bien même elle aurait été entachée de quelques irrégularités, le Président avec tous les pays ayant soutenu ces élections allait mettre en œuvre un programme exceptionnel de réhabilitation des trois piliers de l’Etat : l’administration, les impôts, la sécurité (Police, Armée). Cette fois, la RD Congo va vivre la paix !

Rien. Si la plupart des personnes vivaient déjà « au taux du jour » via l’article 15, aujourd’hui la majeure partie des fonctionnaires rackettent leur propre famille par nécessité de survie. L’administration participe par défaut d’engagement à la vision de « service publique » qu’elle est censée avoir, à la mafia organisée par le Président et ses collabos.

A l’ONU, le jeudi 25 septembre 2014, le Président Joseph Kabila affirmait « Vous savez tous où en était mon pays, il y a à peine 13 ans. Je suis heureux de vous dire ce jour que la RDC est de nouveau un pays debout, un pays où la paix retrouvée se consolide chaque jour davantage. » Okapi 140925ONU – Address by His Excellency Joseph Kabila Kabange

Vraiment ? Alors comment expliquer l’intensification des crimes, massacres, etc. dans tout le pays ?
En RDC, le ridicule tue…

Pour cette question, les experts ont des réponses.
Là où il n’y en a pas, c’est pour l’après Kabila : qui symbolisera le futur d’un pays libre démocratique apaisé avec une vision humaniste, avec une équipe responsable, engagée, crédible, volontaire, audacieuse, capable de s’allier le peuple et toutes les structures du pays et les organisations internationales réellement au service de la paix pour, enfin, lui permettre de vivre dans la dignité ?

Constitution – Liberté

TITRE II : Des droits humains, des libertés fondamentales et des devoirs du citoyen et de l’État

Article 22 – Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion.
Toute personne a le droit de manifester sa religion ou ses convictions, seule ou en groupe, tant en public qu’en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques, l’accomplissement des rites et l’état de vie religieuse, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public, des bonnes mœurs et des droits d’autrui. La loi fixe les modalités dexercice de ces libertés.

Article 23 – Toute personne a droit à la liberté d’expression.
Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs. 

Article 24 – Toute personne a droit à l’information.
La liberté de presse, la liberté d’information et d’émission par la radio et la télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication sont garanties sous réserve du respect de l’ordre public, des bonnes mœurs et des droits d’autrui. La loi fixe les modalités d’exercice de ces libertés. 

Les médias audiovisuels et écrits d’État sont des services publics dont l’accès est garanti de manière équitable à tous les courants politiques et sociaux. Le statut des médias d’État est établi par la loi qui garantit l’objectivité, l’impartialité et le pluralisme d’opinions dans le traitement et la diffusion de l’information.

Article 25 – La liberté des réunions pacifiques et sans armes est garantie sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs. 

Article 26 La liberté de manifestation est garantie.
Toute manifestation sur les voies publiques ou en plein air, impose aux organisateurs d’informer par écrit l’autorité administrative compétente. Nul ne peut être contraint à prendre part à une manifestation. La loi en fixe les mesures d’application

RDC. Le blocage d’images sur les réseaux sociaux est une attaque flagrante contre la liberté d’expression. « Cette mesure s’inscrit dans une série d’attaques contre la liberté d’expression en RDC, notamment la fermeture de plusieurs médias et le harcèlement infligé à des journalistes congolais et étrangers. Amnesty international

Mr Oscar MANIKUNDA MUSATA, Président du Collège de l’ARPTC – Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo semble méconnaître la Constitution. La raison invoquée « prévenir les échanges abusifs des images via les réseaux sociaux » à la veille de deux journées « ville morte » est ridicule mais tue les libertés …

Comme pour beaucoup de sites web de la République, celui de l’ARPTC représente l’état de déliquescence de l’État. Si le ministre pouvait déjà auto réguler son propre site d’information ?

Toute dictature restreint la liberté d’expression pour cacher ses crimes, empêcher l’information et la connaissance du fait de l’ignorance imposé par le Pouvoir.

RDC : restrictions des libertés des journalistes. Journaliste en danger croit savoir que le but est d’empêcher aux médias étrangers de parler des scandales liés aux violations des droits de l’homme, la corruption ou encore les détournements de fonds. Avec le durcissement de la crise politique dans le pays, le travail des journalistes devient de plus en plus difficile. Plusieurs médias d’opposition ont été fermés par le pouvoir. Des journalistes sont de plus en plus brutalisés dans l’exercice de leur métier. Cette semaine, par exemple, deux reporters de l’Agence France presse se sont faits interpeler par des présumés agents de renseignements militaires, alors qu’ils couvraient la grève des médecins dans un hôpital de la capitale. BBC Afrique 170727

Enseignement

100 millions de dollars : Améliorer la qualité et la quantité de l’éducation / Construction de 1.000 écoles par an sur 5 ans / 500 sont construites aux standards parfois meilleurs que ceux de nos partenaires… / Instauration de la gratuité de l’enseignement primaire. En grande partie l’enseignement est encore payant, mais la prise en charge de l’éducation par l’Etat sera progressive, déjà certaines catégories, jusqu’en 5eme année primaire, ont été délestées de la charge / Programmes de formation des enseignants / La part de l’éducation dans le budget national est passé de 1% à 16% / Augmenter la fréquentation scolaire des filles. L’instauration de bourses d’études destinées aux jeunes filles / Achat de livres. La fourniture de 18 millions de manuels scolaires / La création d’une mutuelle de santé des enseignants / La gratuité de l’enseignement primaire instituée en 2010 / La promulgation d’une nouvelle loi-cadre de l’enseignement national / La sacro-sainte « bancarisation » de la paie des enseignants sur l’ensemble du territoire national. Le Soir Colette Braeckman 140630 Matata Ponyo a remis « un pays en ordre de marche »

Vraiment un pays en ordre de marche ?
Le premier ministre qui avait programmé la construction de 1.000 écoles, un gros budget, n’en a réalisé que 400. Le marché passé de gré à gré, comme celui des bus d’ailleurs, a là aussi, laissé au passage une commission de 20%. Mediapart 150402 RDC Matata Ponyo, le prédateur

Justice

Prison
Des conditions de vie infrahumaines. Les quelques réhabilitations de prisons l’ont été par des organisations et coopérations internationales.

Au vu de ces conditions (séquestration arbitraire et de longue durée avant jugement par des autorités qui n’en ont pas le pouvoir par la police ou l’ANR – Agence National de Renseignements, torture, viols, drogues, surpopulation dans des bâtiments vétustes construits à l’époque des « Belges », hygiène et alimentation infâmes, infirmerie absente, gardiens non formés et salaires faibles, absence de projet d’accompagnement), il n’est pas étonnant qu’un détenu ait envie de sortir…

En 2017, un nouveau phénomène : les évasions en série !

C’est arrivé le Ville Province Prison Détenus Évasion
09/06/17 Beni Nord Kivu Kangwayi 966 930
17/05/17 Kinshasa Kinshasa Makala 8.000 4.191
19/05/17 Kasangulu Kongo central 74 68
19/05/17 Kalemie Tanganyika 14
10/06/17 Kinshasa Kinshasa Matete 17
25/07/17 Bukavu Sud-Kivu 20
01/08/17 Goma Nord-Kivu Muzenze tentative
03/09/17 Lomani Lomani Kabinda 124 119

Tribunaux
Des simulacres de justice. Lire :

Sécurité

Quand le ridicule tue… « RDC : l’armée contrôle bien tout le territoire affirme Joseph Kabila » (sic) Certes, s’était en 2014, mais … RTBF

Contrairement à ce qui était affirmé ce jour-là, il n’y avait pas d’armée et il n’y en a toujours pas, ni de forces de sécurité (Police, ANR et autres), mais plutôt une association de malfaiteurs avec les milices, les bandes armées et seigneurs de guerre dont il peut être dit que le Président Kabila en est un des principaux animateurs.

Armée
… les efforts consentis pour la réforme du secteur de sécurité ont commencé à produire les résultats escomptés. A titre d’illustration :

  1. La professionnalisation des Forces Armées se poursuit avec la formation et le renforcement de 32 régiments en matériel et équipements militaires ;
  2. Un effectif important d’officiers et sous-officiers des FARDC ont été formés avec l’assistance de la coopération militaire des pays amis ;
  3. Les travaux de réhabilitation d’infrastructures des centres d’entrainement, d’instruction, d’hébergement et des casernes à travers la République se poursuivent avec satisfaction dont les centres de Rwampara, Luberizi, Rwindi, Mura, Kamina et Walikale ;
  4. L’hôpital militaire de Goma a été réhabilité ainsi que les camps Saïo de Bukavu et Nyamunyunzi tant en installations sanitaires et électriques qu’en adduction d’eau ;
  5. Des actions disciplinaires et des enquêtes judiciaires ont été ouvertes notamment pour les cas de graves atteintes à l’intégrité physique des citoyens ;
  6. Enfin, la majorité des éléments des Forces Armées disposent d’une carte d’identité militaire et sont payés par voie bancaire.

Tous ces efforts consentis ont permis de renforcer la discipline au sein des Forces Armées. 

Police. Sur le plan de la sécurité des personnes et de leurs biens, l’on peut noter :

  1. La mise en œuvre du plan directeur de la Police Nationale Congolaise pour la sécurisation des personnes dans les villes affectées par les phénomènes de banditisme organisé ;
  2. L’établissement de contrats de performance entre le Gouvernement et les commandants des commissariats et autres unités spécialisées de la Ville de Kinshasa ;
  3. L’intensification des patrouilles dans les quartiers chauds des principales villes du pays ;
  4. Le renforcement de douze (12) postes frontaliers en de systèmes modernes d’identification des personnes en vue d’améliorer la sécurité et la maitrise des mouvements migratoires. Ambassade RDC EU 140125 – RDC – 2014 : Le Premier Ministre Matata dresse les perspectives

UNHCR DR Congo Factsheet, 31 mars 2017

Oui certes, et encore à vérifier, mais pour ce qui concerne la sécurité en 2017, c’est plutôt d’insécurité qu’il s’agit : arrestations arbitraires et illégales, assassinats, expulsion de terres par l’occupation d’étrangers, par l’accaparement de terre, par la destruction de la forêt, massacres, meurtres, tueries, tortures, viols…

Toutes les provinces de la RDC sont touchées : Kongo Central, Equateur, Ituri, Kasaï, Kinshasa, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Nord Katanga, Tanganyika. Mais presque dans le silence, les provinces du Nord sont aussi soumises à des violences, le déplacement des populations des pays limitrophes, toutes aussi en recherche d’asiles ou d’avenir. Cliquez sur l’image pour l’agrandir =>

Quand avez-vous vu le Président, son premier ministre et d’autres hautes personnalités, les Gouverneurs se déplacer, exprimer une quelconque compassion devant tous ces crimes et prendre de nouvelles mesures pour y mettre fin ?

Déplacés et réfugiés – Sources au 170809
NB : les différentes organisations ne se réfèrent pas à une base de données commune. Les chiffres sont donnés à une date de consultation des sites Web ; ils peuvent variés et à des dates différentes avec des présentations différentes ce qui ne facilite pas la précision, tout en sachant que ce sont des estimations et pas un comptage strict des victimes.

[supsystic-tables id=’1′]

Le nombre de déplacés internes en RDC a augmenté en doublé entre fin 2015 : 1.155.112 personnes UNCHR et juin 2017 : 3.800.000 personnes ! OCHA

En plus, la RDC est terre d’accueil : le nombre de personnes réfugiées en RD Congo a quadruplé : 11 décembre 2014 (120.103) => 30 juin 2017 (473.376) ! UNCHR

[supsystic-tables id=2]

Sources : Les sources ont été rassemblées dans un article séparé => Sources – Index